Rencontres anodines ?

  Nous croisons tous, souvent, sur nos trajets quotidiens, les mêmes personnes. Une façon d’écrire la ville serait de s’attarder sur celles que nous remarquons à peine, sur lesquelles notre regard, d’habitude, ne s’arrête pas. Les élèves du LFIB ont posé un temps leurs yeux, puis leurs mots, sur des enfants, des mendiants, des voisins, des gardiens, des chauffeurs, des passants et d’autres encore, qu’ils côtoient sans trop les voir. Cet arrêt sur image les amène à s’interroger sur ces destins croisés, révélant des perceptions, attisant les curiosités et faisant jaillir de l’écriture des portraits comme des miroirs fidèles, inversés ou déformants.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s